Présentation scientifique du projet

Les changements globaux favorisent l’apparition de maladies infectieuses émergentes. Ces maladies peuvent diminuer les effectifs des populations hôtes, modifier leur composition génétique et leurs traits d’histoire de vie, et augmenter leur risque d'extinction.


IDiPop


Les impacts à long terme de ces maladies sur le potentiel évolutif et sur la viabilité des populations restent peu connus car les données avant/après épidémies sont rares. Notre projet propose de comprendre l’impact des épizooties d’Ebola sur le fonctionnement des populations de Gorilles des plaines de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla). Cette maladie a entraîné jusqu’à 95 % de mortalité dans les populations de gorilles affectées (Bermejo et al., 2006) et a modifié à court-terme leur structure sociale (Caillaud et al., 2006 ; Genton et al., 2012) et leur dynamique.


Notre étude repose sur les données récoltées lors du suivi de populations situées au sein du Parc National d’Odzala-Kokoua (République du Congo). Nous nous focalisons sur 2 populations affectées suivies avant et après les épidémies d’Ebola, qui ont eu lieu entre 2002 et 2004, et 2 populations non affectées.


IDiPop


Le premier axe du projet traite l’impact de l’épizootie sur le potentiel évolutif des gorilles. L’équipe a déjà étudié l’impact de la maladie sur la diversité de marqueurs neutres (Le Gouar et al., 2009). Nous étudions à présent la dynamique de loci soumis à la sélection, tels que les gènes du Complexe Majeur d’Histocompatibilité (CMH) impliqués dans la réponse immunitaire. L’analyse de la variabilité des loci CMH avant et après Ebola, en comparaison à celle de marqueurs neutres, permettra de comprendre les rôles respectifs des facteurs démographiques et génétiques liés à la maladie sur le potentiel évolutif des populations. Ce projet implique de lever des verrous technologiques pour l’étude des loci CMH à partir d’échantillons non invasifs. Les méthodes développées offriront de nombreuses perspectives pour l'étude des facteurs de sélection dans les populations sauvages en danger.

Le second axe du projet a pour but d’examiner les changements socio-démographiques liés à Ebola. Il est basé sur l’analyse des histoires individuelles de présence-absence par des modèles de capture-recapture multi-états. Ceux-ci permettront de déterminer des classes de susceptibilité à la maladie qui seront analysées au regard de la structure sociale et génétique. Grâce à l’intégration de toutes les données disponibles dans un modèle de dynamique des populations incluant une structure sociale complexe, nous estimerons et comparerons l’immigration et le succès de reproduction des populations avant et après Ebola. Le développement de modèles de dynamique des populations socialement structurées offre des perspectives pour l’analyse des réponses de ce type de populations aux stress environnementaux et anthropiques.


IDiPop


Ce projet, à la croisée entre écologie de la santé, biologie de la conservation, et écologie évolutive, permettra de mieux comprendre les conséquences des maladies émergentes sur la dynamique démo-génétique des populations de primates sauvages.


   Dernière mise à jour: le 22 août 2019
   Nombre de visites : 14251
   Webmaster : C.Genton et O.Troccaz
   © ECOBIO