Soutenance de thèse de Lucie LECOQ

Lundi 18 Octobre à 14h, salle de Conférences OSUR, bâtiment 14B

Effet de l’hétérogénéité du paysage sur la diversité fonctionnelle des communautés végétales et les fonctions écologiques associées

 

 

Résumé : La structure du paysage, de par la quantité d’habitat semi-naturels et par l’hétérogénéité de la matrice qu’elle présente, est l'un des principaux facteurs influençant la biodiversité, en particulier dans les paysages agricoles. Cette diversité, notamment la diversité végétale, conditionne le fonctionnement des écosystèmes actuels et futurs. L’objectif général de cette thèse était de déterminer l’effet de la structure du paysage sur la diversité fonctionnelle des communautés de plantes et les fonctions écologiques associées. Menée au sein du bassin versant du Couesnon, cette étude se concentre sur deux types de végétation semi-naturelle : les prairies permanentes et les haies. Nous avons démontré que les composantes du paysage déterminent la diversité fonctionnelle des plantes à l’échelle gamma. Ces modifications sont issues de changements dans la composition des assemblages conduisant à la sélection de syndromes particuliers de traits. Nous avons également montré que l’effet du paysage sur la diversité fonctionnelle de prairies pouvait en retour influencer des fonctions de l’écosystème prairial comme le niveau de productivité et la variabilité spatiale de cette productivité. Par l’intermédiaire ou non de son effet sur les assemblages de plantes, le paysage joue donc un rôle sur la productivité des prairies. Finalement, nous avons montré que ces effets de la structure du paysage sur la biodiversité et la productivité pourraient varier dans le futur suivant différents scénarios concernant des décisions prises pour l’aménagement du territoire. Ces travaux suggèrent que ces prises de décisions devront s’orienter vers une préservation des linéaires de haies et un maintien de la complexité spatiale de la matrice paysagère afin de conserver efficacement la biodiversité et les fonctions écologiques associées.
A l’issue de la délibération du jury, n’hésitez pas à nous rejoindre devant la salle de conférences l’OSUR pour le pot de thèse : avec la surface de la salle ainsi que la surface de l’espace bar, des couloirs et de l’extérieur, nous pourrons accueillir tout le monde, il faudra juste présenter son pass sanitaire.
 

Jury

Cécile Albert, Chargé de recherche, IMBE (Rapporteure)

Didier Alard, Professeur, Université de Bordeaux (Rapporteur)

Sandra Luque, Directrice de recherche, INRAE (Examinatrice)

François Munoz, Professeur, Université Grenoble Alpes (Examinateur)

Cendrine Mony, Maître de conférences, Université de Rennes 1 (Directrice de thèse)

Aude Ernoult Maître de conférences, Université de Rennes 1 (Co-directrice de thèse)

 

Lien Zoom pour assister à la soutenance à distance :

https://univ-rennes1-fr.zoom.us/j/95993906516

Code secret : 223753