Motion LPPR


 Olivier Troccaz    02/07/2020 : 13:29
 Aucun    Archive des Echos Bio

logo_ecobio.jpg

44 votants pour la motion sur 45 votants

Alors que nous vivons une crise sanitaire d’ampleur inégalée, le gouvernement a décidé d’imposer dans la précipitation son projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), massivement critiqué par les personnels de la recherche publique avant la crise et en contradiction majeure avec les propositions issues de la communauté scientifique.

Nous rappelons que les avancées de la science sont le résultat d'une intelligence collective, fondée sur les coopérations de long terme, entre femmes et hommes acteurs de la recherche (chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs), entre laboratoires, entre institutions de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en France et au-delà des frontières. Ceci va à l’encontre de la logique court-termiste de compétition et de précarisation mis en avant par la loi qui n’est donc pas acceptable dans sa forme actuelle.

En accord avec la commission recherche de l’Université de Rennes 1 nous rappelons nos attentes sur:

  • l’ambition d’atteindre, au plus tard dans les 10 prochaines années, un financement de la recherche à hauteur de 3% du PIB qui se traduise par un indispensable financement récurrent de l’Etat en direction des laboratoires publics ; 

  • la nécessaire revalorisation des carrières et des niveaux indemnitaires de l’ensemble des personnels de la recherche publique, de relance de l’emploi scientifique permanent en stabilisant le nombre d’emplois statutaires, tout en déprécarisant les emplois contractuels.

La mise en place d’un calendrier et d’un processus, non contraint, qui permette à toutes les communautés de s’exprimer et de co-construire sereinement cette loi, en dissipant les ambiguïtés qui affectent un nombre important d’articles dans leur rédaction actuelle.