Séminaire d'Enora BRIAND (ECOBIO - RBPE)



ebriand_130315.jpg

Le vendredi 13 mars 2015 à 12h45, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Le vendredi 13 mars 2015 à 12h45, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Production de cyanopeptides par Microcystis aeruginosa (Cyanobacteria) : Leur régulation et rôle en réponse à des interactions biotiques


Résumé :
Les proliférations de cyanobactéries perturbent le fonctionnement des écosystèmes aquatiques dans lesquels elles surviennent et constituent un risque important pour la santé animale et humaine. En effet, ces microorganismes sont capables de synthétiser une grande variété de composés bioactifs dont les microcystines (MCs), toxines les plus fréquemment produites par les genres majeurs de cyanobactéries présents dans les écosystèmes aquatiques continentaux. Si les voies de biosynthèse et les modes d’action des ces cyanopeptides sont désormais assez bien connus, en revanche de nombreuses questions demeurent sur leur rôle fonctionnel et leur mode de régulation en réponse à des interactions biotiques. En effet, lors des proliférations de cyanobactéries, des clones producteurs et non-producteurs de métabolites pour chacune des classes de cyanopeptides coexistent. De plus, certaines espèces de cyanobactérie forment de larges colonies mucilagineuses contenant une diversité de bactéries hétérotrophes. Au sein de cette phycosphère, une relation étroite entre cyanobactéries/bactéries est entretenue. Dans ce contexte, nous avons développé une approche combinée de co-culture et d’analyse des profils métaboliques afin d’étudier le rôle fonctionnel des cyanopeptides en réponse à des interactions (1) intraspécifique (entre souches de M. aeruginosa produisant et ne produisant pas de MCs) et (2) entre bactéries hétérotrophes et la cyanobactérie.
Concernant la première étude, des changements quantitatifs des peptides produits majoritairement ont été observés en réponse à la mise en co-culture de deux souches présentant des chémotypes différents. Ce travail a également permis de détecter de nouveaux variants ainsi que des composés inconnus. L’ensemble des résultats suggère que les cyanopeptides pourraient avoir des fonctions interchangeables ou complémentaires permettant aux cyanobactéries de coloniser et de dominer efficacement divers environnements aquatiques.
Concernant la deuxième étude, l’analyse des profils métaboliques montrait que la plupart des cyanopeptides détectés étaient produits par Microcystis indépendamment de la présence des bactéries, ils étaient également présents dans le media en condition axénique mais totalement absents dans le media non-axénique. Ces résultats montrent que la communauté bactérienne était capable d’utiliser les cyanopeptides comme source de carbone et contribuait au maintien de la croissance cyanobactérienne en recyclant les nutriments.


Contact : Enora BRIAND




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.