Séminaire d'Armand CAVE-RADET, Cécile MONARD et Abdelhak EL AMRANI



130418.jpg

Le vendredi 13 avril 2018 à 13h00, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Le vendredi 13 avril 2018 à 13h00, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Les microRNAs peuvent-ils être à l’origine du  phénotype étendu dans le système plante microorganismes du sol ? 
Application en Ingénierie Ecologique

Résumé : Dans les écosystèmes naturels les plantes sont en interaction étroite avec les microorganismes du sol au sein de leur rhizosphère. Jusqu’à présent seules les communications chimiques basées sur la libération d’exsudats racinaires par les plantes ou encore par la production d’hormones de croissance végétale par les microorganismes du sol ont été décrites. Avec la découverte des microRNAs dans les années 1990, de nouvelles voies d’interaction plante-microbiote sont envisageables. En effet, il s’agit de petits ARNs non codants d’une vingtaine de paires de bases qui ont un rôle clé dans la régulation de l’expression des gènes et sont donc considérés comme des régulateurs fondamentaux des processus biologiques. La production de microRNAs a été mise en évidence dans de nombreux organismes, des plantes aux mammifères et, des résultats originaux publiés l’année dernière montrent qu’ils constituent un régulateur majeur du microbiote du tube digestif chez les humains (Liu et al., 2016).

Les plantes produisent une grande diversité de ces microRNAs ayant des rôles majeurs dans leur croissance et leur développement ainsi que dans leur réponse au stress et aux pathogènes. Alors que la connaissance des mécanismes permettant aux plantes de réguler leur microbiote rhizosphérique reste encore très fragmentaire, nous envisageons d’explorer l’idée d’une implication de ces microRNAs dans ces processus d’interaction.

Dans le cadre de l’axe transversal ‘Phénotype étendu’, nous avons conduit une expérimentation pour identifier par séquençage (illumina HiSeq) des microRNAs dans la rhizosphère de deux plantes modèles (dont le génome entier est disponible dans les banques de données publiques) afin de relier leurs abondances à la structure et à la composition des communautés microbiennes associées aux racines. Une partie des résultats relatifs au miRNAs ont maintenant été acquis et vous seront présentés au cours de ce séminaire

Contacts : Armand CAVE-RADET, Cécile MONARD et Abdelhak EL AMRANI

130418 Affiche





0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.