Séminaire de Maud DENIAU et Nicolas ROSSIGNOL (ECOBIO - Axe Communautés



axe_comm_270315.jpg

Le vendredi 27 mars 2015 à 13h00, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Le vendredi 27 mars 2015 à 13h00, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, Campus de Beaulieu, UR1

Seedlings: where should you grow?
et
La seule valeur moyenne d’un trait permet-elle de prédire la réponse fonctionnelle d’une communauté végétale ?

Résumés :
Seedlings: where should you grow?
Understanding mechanisms underlying the spatial pattern of tree recruitment in forest is a major question. Due to gravity, most descendants remain proximate to the mother tree. This concentration of offspring near the mother tree increases competition and exchange of enemies among seedlings, as suggested by Janzen and Connell (1970, 1971). But, is there also an advantage for offspring to be proximate to the mother tree? Specifically, offspring close to the mother tree may profit from (1) more mutualists support; (2) a more favourable abiotic environment. Moreover, (3) the increased enemy pressure close to mother may diminish if the mother is surrounded by phylogenetically distant species, as such phylogenetic isolation decreases enemy load of the mother. We will present results of a field experiment conducted in a forest on 20 oaks (Quercus spp.) located along a gradient of phylogenetic isolation and where we studied the performance of seedlings arranged at different distances from each mother tree.

La seule valeur moyenne d’un trait permet-elle de prédire la réponse fonctionnelle d’une communauté végétale ?
Les traits des espèces végétales permettent de prédire la réponse fonctionnelle des espèces et de nombreuses études ont montré que la valeur moyenne d’un trait permettait de prédire cette réponse à l’échelle d’une communauté végétale. Pourtant cette valeur moyenne ne peut rendre compte des différentes structures de distribution d’un trait observées au sein d’une communauté. En particulier, on peut faire l’hypothèse que pour une même valeur moyenne de trait, la réponse d’une communauté composée d’espèces plus dissemblables divergera significativement de la réponse moyenne attendue. La moyenne et la dissimilarité des valeurs de traits des communautés végétales ne varient pas de façon indépendante dans la nature. Pour cette étude nous avons appliqué une démarche expérimentale proposée dans la littérature pour former des assemblages végétaux permettant de découpler au mieux ces deux variables et de tester leurs effets respectifs sur le processus de décomposition.

Contact : Maud DENIAU et Nicolas ROSSIGNOL




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.