Séminaire de Sylvain GLEMIN (Institut des Sciences de l’Evolution, Montpellier, France - Evolutionary Biology Centre, Uppsala, Suède)



shapeimage_2.png

Le jeudi 17 septembre 2015 à 13h00, salle de l'UFR SVE, bâtiment 13, Campus de Beaulieu, UR1

Le jeudi 17 septembre 2015 à 13h00, salle de l'UFR SVE, bâtiment 13, Campus de Beaulieu, UR1
Adaptation et maladaptation chez les espèces autogames - Approches théoriques et empiriques chez quelques plantes et gastéropodes d’eau douce
Résumé :
L’évolution de l’autofécondation à partir de l’allofécondation est une des transitions évolutives majeures chez les plantes mais aussi chez certains groupes d’animaux. Si l’autofécondation peut être avantageuse à court terme, cette stratégie est considérée comme un cul de sac évolutif sur le long terme du fait de la réduction de l’efficacité de la sélection associée à l’autogamie. Je présenterai d’abord les résultats de modèles théoriques permettant de mieux comprendre comment l’autofécondation affecte l’efficacité et les bases génétiques de l’adaptation. Je présenterai ensuite quelques études où nous avons testé ces prédictions (i) par une méta-analyse de l’effet des systèmes de reproduction sur le processus d’adaptation au cours de la domestication chez les plantes et (ii) par la comparaison des patrons d’évolution moléculaire entre espèces autogames et allogames dans plusieurs groupes de plantes et chez des gastéropodes d’eau douce. Enfin, à travers une étude de la sensibilité à la compétition chez trois espèces de capselles (Brassicacées) différant par leur système de reproduction et leur niveau de ploïdie, je discuterai comment la prise en compte du contexte écologique pourrait permettre une meilleure compréhension de l’hypothèse du cul de sac évolutif.

Contact : Sylvain GLEMIN




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.