Séminaires d'Elmina MOTTIN et Grégoire PEREZ



logo-ecobio.png

Le vendredi 9 janvier 2015 à 13h00, salle de l'UFR, bâtiment 13, Campus de Beaulieu, UR1

Le vendredi 9 janvier 2015 à 13h00, salle de l'UFR, bâtiment 13, Campus de Beaulieu, UR1
Etude inter-populationnelle de la tolérance au froid chez la limace grise Deroceras reticulatum et Les caractéristiques d’un paysage agricole influencent-elles la relation hôte-parasite rongeur-tique ?
Résumés :

Etude inter-populationnelle de la tolérance au froid chez la limace grise Deroceras reticulatum
En France, les limaces sont à l’origine d’importants dégâts dans les milieux cultivés et restent un problème majeur en grande culture. Ces ravageurs s’attaquent principalement aux semis de colza, de tournesol, de maïs et de céréales à paille (orge, blé…). Les surfaces concernées par l’utilisation de molluscicides pour la lutte directe en France sont importantes en grande culture (13%, Agreste, 2010). Bien que la limace grise Deroceras reticulatum soit un ravageur cosmopolite, sa biologie ainsi que ses réponses physiologiques aux contraintes environnementales ont fait l’objet de peu d‘études et restent encore mal connues. Or, pour améliorer la prévision et la gestion du risque «limace», il est indispensable de bien connaitre l’écophysiologie de ces ravageurs qui influence fortement la dynamique annuelle des populations. L’étude de la résistance et des limites de la tolérance au froid chez la limace grise D. reticulatum nous permettra de mieux appréhender l’évolution des populations de limaces et le risque associé. Nos résultats intègreront des outils d’aide à la décision (OAD) développés dans le cadre du projet CASDAR RESOLIM.

Les caractéristiques d’un paysage agricole influencent-elles la relation hôte-parasite rongeur-tique ?
Les rongeurs sont des hôtes importants pour de nombreuses espèces de tiques (Arachnida, Ixodida, des arthropodes hématophages), en particulier pour les stades immatures de l’espèce Ixodes ricinus, principal vecteur de nombreux agents infectieux pour l’homme et le bétail en Europe. Les paysages soumis aux activités anthropiques peuvent être décrits comme des mosaïques d’occupation du sol en fonction de leur utilisation (foresterie, cultures, etc). Ces mosaïques sont plus ou moins favorables à la persistance ou l’établissement de populations d’espèces hôtes (rongeurs, ongulés, oiseaux etc) ainsi que de leur dispersion, donc aussi celle des tiques et des agents infectieux qu’ils transmettent. L’objectif de mon travail de thèse est d’évaluer l’influence du paysage sur le système hôte rongeur-tique-agent infectieux. Je présenterai les relations locales entre abondance de rongeurs et densité de tiques observées en fonction des caractéristiques du paysage adjacent. J'ouvrirai les perspectives de mon travail concernant les agents infectieux.


Contacts : Elmina MOTTIN et Grégoire PEREZ




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.