Séminaires ECOBIO de Cendrine MONY et Gabrielle THIEBAUT



logo-ecobio.png

[u]Le vendredi 29 novembre de 12h00[à 13h00/u], en salle de réunion de l'UFR SVE, campus de Beaulieu, bât.

[u]Le vendredi 29 novembre de 12h00[à 13h00/u], en salle de réunion de l'UFR SVE, campus de Beaulieu, bât. 13, UR1

Déterminants phylogénétiques et fonctionnels du succès d’établissement d’espèces au sein de communautés végétales prairiales, par Cendrine MONY

Résumé :
La colonisation par de nouvelles espèces est essentielle pour l’assemblage des communautés et pour l’invasion par des espèces exotiques. Nous utilisons des mésocosmes pour étudier l’impact des identités phylogénétiques et fonctionnelles sur la perméabilité des communautés à l’établissement d’espèces nouvelles. Nous analysons les performances des plantules en fonction de leur distance fonctionnelle et phylogénétique à la communauté établie et visent à tester les prédictions des théories de chevauchement et de différenciation de niches. Ce travail ouvre de nouvelles perspectives sur l’importance de l’identité relative des acteurs dans les dynamiques de perméabilité des communautés et sur l’utilisation de mesures de distances fonctionnelles prenant en compte les variances de traits intra-communauté aussi bien que la distance entre espèce arrivante et communautés résidentes.

puis,

Compétition, facilitation entre 3 espèces de macrophytes exotiques: Egeria densa, Lagarosiphon major, Elodea canadensis, par Gabrielle THIEBAUT

Résumé :
Les écosystèmes aquatiques sont particulièrement sensibles aux introductions d’espèces animales et végétales exotiques. En effet plusieurs espèces sont considérées comme invasives car induisent des nuisances importantes en formant des herbiers denses monospécifiques. Notre étude se focalise sur trois espèces submergées appartenant à la famille des hydrocharitacées. L’objectif de notre étude a été d’analyser en conditions contrôlées de laboratoire les interactions entre ces 3 espèces. Nous avons cherché à savoir s’il existait des mécanismes de compétition intra et interspécifique ou des phénomènes de facilitation qui expliqueraient la structure de ces communautés végétales aquatiques. Notre hypothèse est qu’il existe un processus de la facilitation entre ces 3 espèces exotiques appartenant à la même famille.

Contacts :
Cendrine MONY
Gabrielle THIEBAUT
@




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.