Soutenance de thèse d'Anne-Sophie DUMAS



thesard.jpg

Le 5 décembre 2013 à 9h30, dans la salle de conférence de l'OSUR, RDC Bât 14B, campus de Beaulieu, UR1

Le 5 décembre 2013 à 9h30, dans la salle de conférence de l'OSUR, RDC Bât 14B, campus de Beaulieu, UR1
Mécanismes moléculaires de tolérance des plantes aux xénobiotiques : application à la phytoremédiation des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAPs)

Jury :
Jacques BOURGUIGNON, Ingénieur chercheur, CEA Grenoble / rapporteur
Bertrand HIREL, Directeur de recherche, INRA-AgroParisTech / rapporteur
Malika AINOUCHE, Professeur, Université de Rennes 1 / examinateur
Alain BOUCHEREAU, Professeur, Université de Rennes 1 / examinateur
Gérard GAILLARD, Executive Vice-President, Axson / examinateur
Anis LIMAMI, Professeur, Université d?Angers / examinateur
Abdelhak EL AMRANI, Maître de conférence, Université de Rennes 1 / directeur de thèse
Richard BERTHOME, Chargé de recherche, INRA Toulouse / co-directeur de thèse


Résumé :
L’ingénierie écologique a permis l’émergence de nouvelles technologies telles que la phytoremédiation, une approche de dépollution des sols basée sur l’utilisation des plantes. Cependant, jusqu’à présent, les mécanismes physiologiques et moléculaires qui contrôlent la dégradation des polluants organiques, en particulier les HAPs, restent très mal documentés chez les plantes supérieures. Dans ce travail, une approche intégrative et un profilage trancriptomique à l’échelle du génome entier ont permis d’étudier les premiers événements moléculaires impliqués dans la réponse, chez les plantes, à un stress provoqué par le phénanthrène. Un réseau de gènes susceptibles d’intervenir dans la perception, la dégradation et/ou la transformation des HAPs en molécules moins dangereuses a ainsi été identifié. D’autre part, nous avons pu montrer que le saccharose induit une tolérance à ce polluant, qui se traduit (i) par une activité transcriptionnelle très rapide, ce qui suggère un effet signalétique, (ii) une reconfiguration importante à l’échelle transcriptionnelle du génome exprimé, qui conduit à une mise en place des voies métaboliques de production d’énergie, de détoxification et de réparation cellulaire. Parallèlement, un site pilote de dépollution a été conçu et mis en œuvre, en exploitant les données obtenues au laboratoire. Cette expérimentation, sur deux ans, nous a permis de comparer l’efficacité de plusieurs espèces végétales mais aussi de tester l’effet protecteur du saccharose in-situ. Malgré l’obtention de résultats contrastés, cette étude confirme l’incidence de la nature des espèces végétales et des pratiques culturales sur l’efficacité de cette méthode de dépollution. Elle souligne également le rôle important de l’interaction plante-microorganismes du sol.


Contact : Anne-Sophie DUMAS




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.