Soutenance de thèse de Colette BERTRAND (INRA SAD-Paysage / ECOBIO)



thesard.jpg

Le jeudi 10 décembre 2015 à 14h00, salle de conférences de l'OSUR, bât.

Le jeudi 10 décembre 2015 à 14h00, salle de conférences de l'OSUR, bât. 14b, Campus de Beaulieu, UR1

L'hétérogénéité spatiale et temporelle des paysages agricoles influence les auxiliaires généralistes des cultures et le potentiel de contrôle biologique des ravageurs

Résumé :
Dans le contexte actuel de réduction de l'usage des produits phytosanitaires, le rôle potentiel en tant qu'agents naturels de contrôle des ennemis des cultures confère à certains groupes d'arthropodes un intérêt écologique et économique, et les place au centre de nombreuses études scientifiques. Les carabes et les araignées, notamment, sont des auxiliaires généralistes susceptibles d'exercer un contrôle efficace des populations de ravageurs. Des travaux antérieurs ont montré que la structure et composition de leurs communautés, ainsi que l'efficacité du contrôle biologique, dépendent de l'hétérogénéité des paysages, et en particulier de la présence d'habitats semi-naturels. Cependant, le rôle de la mosaïque agricole, susceptible de présenter une forte hétérogénéité dans l'espace et dans le temps, reste aujourd'hui peu connu.
L'objectif principal de ce travail de thèse a été d'évaluer les effets de l'hétérogénéité spatiale et temporelle des paysages agricoles sur des auxiliaires généralistes et sur le potentiel de contrôle biologique. Nous avons échantillonné les communautés de carabes et d'araignées dans des parcelles de céréales d'hiver, et estimé le potentiel de prédation des parcelles par des pucerons sentinelles collés sur des cartes de prédation. Nous avons caractérisé l'hétérogénéité spatiale des paysages autour des parcelles de céréales par 1) le pourcentage d'éléments boisés et la longueur du réseau de haies, 2) la taille moyenne des parcelles agricoles, et 3) la diversité des cultures. Nous avons également mis au point quatre nouvelles métriques qui synthétisent différents aspects de l'hétérogénéité temporelle interannuelle des surfaces cultivées.
Nos résultats montrent qu'au printemps, les araignées sont plus abondantes dans les parcelles de céréales situées dans des paysages composés de petites parcelles, et qui présentent donc une densité de bordures de champs non cultivées plus importante. Au début de l'été, les paysages à petit parcellaire favorisent également les taux de prédation de pucerons mesurés par les cartes de prédation, ainsi que l'abondance des carabes qui se reproduisent au printemps et qui hivernent en tant qu'adultes dans des habitats semi-naturels. Les carabes qui hivernent dans le sol des parcelles au stade larvaire, émergent en été et se reproduisent à l'automne, sont quant à eux favorisés par la diversité des cultures dans le paysage. Nos résultats montrent enfin que l'hétérogénéité temporelle de la mosaïque agricole - caractérisée entre autres par les changements de la diversité de cultures au cours des cinq dernières années - favorise elle aussi certaines es! pèces de carabes communément rencontrées dans les parcelles agricoles (comme Poecilus cupreus et Pterostichus melanarius) et susceptibles de jouer un rôle important en tant qu'auxiliaires des cultures.
L'ensemble de ces résultats met en avant le rôle complémentaire des bordures de champs non cultivées et de la mosaïque des cultures pour différents groupes d'auxiliaires, et souligne l'importance de prendre en compte l'hétérogénéité spatiale et temporelle des surfaces cultivées dans l'étude de la biodiversité des paysages agricoles. Dans le contexte de réduction des produits phytosanitaires, nos résultats suggèrent que des paysages présentant une diversité de cultures importante variable dans le temps, et des petites parcelles qui favorisent l'intrication entre les habitats semi-naturels et les cultures, sont susceptibles de favoriser les auxiliaires généralistes ainsi que le potentiel de contrôle biologique des ravageurs.

Jury :
Dr. Sandrine Petit, INRA Dijon, rapporteure
Pr. Marc Dufrêne, Université de Liège, rapporteur
Dr. Yann Clough, Université de Lund, examinateur
Dr. Aude Barbottin, INRA Grignon, examinatrice
Dr. Jacques Baudry, INRA Rennes, directeur de thèse
Dr. Françoise Burel, CNRS Rennes, co-directrice de thèse


Contact : @




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.