Soutenance de thèse de Diab AL HASSAN



thesard.jpg

Le mardi 18 décembre 2012, à 13h30, salle de conférences de l'OSUR, Campus de Beaulieu, UR1.

Le mardi 18 décembre 2012, à 13h30, salle de conférences de l'OSUR, Campus de Beaulieu, UR1.
Rôle du paysage sur la répartition et l’abondance des pucerons et de leurs prédateurs carabiques

Résumé :
Les pucerons causent des dommages importants aux cultures céréalières et il est de plus en plus crucial de trouver des alternatives à la lutte chimique. Suite au Grenelle de l’Environnement, les impératifs du développement durable et d’une agriculture respectueuse de l’environnement imposent de développer les recherches sur les méthodes de lutte biologique. Dans les paysages agricoles, la régulation naturelle des pucerons est assurée par divers parasites et une guilde diversifiée de prédateurs qui peuvent jouer un rôle régulateur important dans les phases précoces de la saison de reproduction. L’objectif de cette thèse est de comparer l’occupation des parcelles de blé et de maïs par les pucerons et leurs prédateurs carabiques dans des situations paysagères contrastées. Le travail a été mené pendant deux années sur 24 parcelles de céréales au sein de la zone atelier Armorique. Nous avons testé l’effet de diverses variables paysagères sur la diversité et l’abondance des pucerons et des communautés de carabes dans des parcelles de blé et de maïs.

A l’échelle du paysage, nous avons montré que la densité du bocage favorise l’abondance des pucerons dans le blé mais pas dans le maïs. En revanche, le paysage ouvert favorise l’abondance des carabes dans le blé comme dans le maïs. L’augmentation des surfaces cultivées conduit à une perte d’espèces des carabes et à un remplacement des espèces de grande taille par des espèces de petite taille
A l’échelle du contexte paysager, il y a une corrélation positive entre l'abondance des pucerons et la proportion de bois et de prairies à grande échelle (500m et 800m). Les proportions des prairies et des haies sont négativement corrélées avec l'abondance des carabes tandis que la richesse spécifique de cette communauté augmente avec la proportion des haies et des prairies. La proportion de bandes enherbées affecte négativement l'abondance des pucerons dans les parcelles de blé, et positivement dans les parcelles de maïs. L'abondance de carabes est positivement corrélée avec la proportion de bandes enherbées à grande échelle dans les deux types de cultures.
A échelle locale, on observe une diminution du nombre total de pucerons à mesure qu’on s’éloigne de la bordure du champ. Alors que le nombre total de carabes augmente vers le centre des parcelles. La présence des bandes enherbées influence faiblement l’abondance des pucerons.
L’abondance totale des pucerons et des carabes était significativement corrélée de manière positive dans le paysage ouvert pour les deux cultures, alors que dans le paysage fermé, cette corrélation était négative pour le blé et positive pour le maïs.
Nos résultats montrent que les distributions et les relations carabes pucerons dans les paysages agricoles sont complexes puisqu’elles varient à la fois selon le type de paysage, le contexte local et le type de culture.
Mots clés : pucerons, bandes enherbées, structure du paysage, carabidae, habitats semi-naturels, distribution spatiale, agrosystèmes, ravageurs des cultures, lutte biologique.

Composition du jury :
Joan VAN BAAREN : PR Université de Rennes1 / examinateur
Sandrine PETIT : DR INRA UMR BGA Dijon / rapporteur
Jean-Pierre SARTHOU : MC ENSA Toulouse / rapporteur
Mickaël HENRY : CR INRA UMR 406 Avignon/ examinateur
Alain BUTET : CR CNRS / directeur de thèse
Françoise BUREL : DR CNRS / co-directeur de thèse

Contact : Diab AL HASSAN




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.