Soutenance de thèse de Morgane GICQUEL



thesard.jpg

Le vendredi 14 septembre, à 14h30, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, campus de Beaulieu, UR1.

Le vendredi 14 septembre, à 14h30, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, campus de Beaulieu, UR1.
Mécanismes moléculaires de la réponse d’Arabidopsis thaliana aux radiations ionisantes.
Exploration du rôle des glucosinolates dans la réponse antioxydante

Jury :
Marie-Pascale DOUTRIAUX, CNRS, UMR 8618 ; Université de Paris Sud 11, Rapporteur
Christian MAGNE, Lebham, Université de Bretagne Occidentale, Rapporteur
Jesús JORRIN-NOVO, Université de Cordoue, Espagne, Examinateur
Christian MEYER, INRA, UMR 1318-AgroParisTech, Examinateur
Francisco CABELLO-HURTADO, UMR 6553, Université de Rennes 1, Encadrant
Marie-Andrée ESNAULT, UMR 6553, Université de Rennes 1, Encadrant


Résumé :
Les organismes terrestres sont exposés à des faibles doses de radiations ionisantes d’origine naturelle ou anthropique. Les effets majeurs de ces rayonnements sont dus aux dommages sur l’ADN et à la radiolyse de l’eau qui génère un stress oxydant via la production de radicaux libres. De part leur métabolisme secondaire développé, les végétaux sont utilisés pour l’étude des effets des radiations ionisantes et pour la recherche de molécules antioxydantes. Cette thèse financée par la région Bretagne a donc caractérisé la réponse physiologique et moléculaire de la plante modèle Arabidopsis thaliana à des doses faibles (10 Gy) à modérées (40 Gy) de radiations ionisantes, ainsi que le rôle des glucosinolates, composés caractéristiques de la famille des Brassicaceae. Deux études globales en protéomique et en transcriptomique ont révélé : (1) une réponse commune aux deux doses concernant les mécanismes de réparation de l’ADN, la régulation du cycle cellulaire et la protection des structures cellulaires ; (2) Un ajustement du métabolisme énergétique et une activation des voies métaboliques secondaires (i.e. glucosinolates et flavonoïdes) après la dose 10 Gy ; (3) une induction du contrôle enzymatique des ROS, du recyclage des composés cellulaires et de la mort cellulaire programmée après la dose 40 Gy. Le rôle protecteur des glucosinolates a ensuite été exploré. La capacité antioxydante in vitro de certains d’entre eux et de leurs dérivés a été montrée. Leurs effets modulateurs par rapport à l’irradiation ont été testés in vivo sur des marqueurs physiologiques de croissance. L’importance de la teneur en glucosinolates pour avoir un effet positif ou négatif a été mise en évidence.


Contact : Morgane GICQUEL




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.