Soutenance de thèse de Radosoa A. ANDRIANAIVOARIVELO


 Olivier Troccaz    26/01/2012 : 09:00

Le jeudi 26 janvier, à 9h00, dans la Salle de Conférences de la Station Biologique de Paimpont, UR1.

Le jeudi 26 janvier, à 9h00, dans la Salle de Conférences de la Station Biologique de Paimpont, UR1. Ecologie et population de Rousettus madagascariensis G. Grandidier, 1928 (Pteropodidae) Jury : . Stéphane AULAGNIER Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse/ rapporteur . Hajanirina RAKOTOMANANA Professeur, Université d’Antananarivo / examinateur . Nelly MENARD Directrice de recherche, CNRS, Rennes / examinateur . Noromalala RAMINOSOA Professeur, Université d’Antananarivo / examinateur . Jean-Marc PONS Maître de conférences, Museum National d’Histoire Naturelle, Paris / examinateur . Eric J. PETIT Maître de Conférences, Université Rennes 1 / co-directeur de thèse . Steven M. GOODMAN Docteur, MacArthur Field Biologist, Field Museum/ co-directeur de these (invité) Résumé : Cependant, les mécanismes de ce déclin ne sont pas encore complètement élucidés. En utilisant la roussette malgache (Rousettus madagascariensis) comme un modèle d’organisme, nous nous sommes attachés à étudier les réponses écologiques et génétiques de cette espèce dans des paysages naturels et des paysages modifiés par l’homme et présentant divers types de caractères physico-climatiques à Madagascar. Ayant une large distribution, cette espèce est endémique à Madagascar et assure potentiellement un rôle important dans la régénération naturelle des forêts malgaches. A partir de l’utilisation de la radio télémétrie, d’analyses des matières fécales, d’études moléculaires et de mesures morphométriques nous avons pu examiner le mode de dispersion et l’écologie de cette espèce. L’observation des animaux en volière a fourni des informations importantes sur son choix alimentaire entre plantes autochtones et celles à valeur économique. Dans cette étude, nous avons ainsi mis en évidence : i) que Rousettus madagascariensis utilise les habitats forestiers et ceux modifiés par l’homme pour s’alimenter ; ii) qu’elle a une préférence plus marquée envers les espèces forestières et pionnières qu’envers celles d’importance commerciale ; iii) qu’elle présente une faible mais significative structuration génétique ; iv) mais une variation morphométrique, qui est dépendante de la latitude et de l’altitude. Mots-clefs : Climat ; Déforestation ; Dispersion ; Espèces endémiques ; Fruits ; Génétique moléculaire ; Morphologie Contact : @




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.