Soutenance de thèse de Rémi DUFLOT



thesard.jpg

Le vendredi 20 décembre 2013 à 11h00, dans la salle des thèses, Bât.

Le vendredi 20 décembre 2013 à 11h00, dans la salle des thèses, Bât. 1, campus de Beaulieu, UR1

Hétérogénéité fonctionnelle et biodiversité : quel est le rôle des interfaces ou lisières dans les paysages agricoles ?

Jury :
Sylvain PLANTUREUX, Professeur, INPL-ENSAIA, Rapporteur
Gérard BALENT, Directeur de recherche, INRA, Rapporteur
Philippe JEANNERET, Directeur de recherche, Agroscope, Examinateur
Christophe BOUGET, Ingénieur-chercheur, IRSTEA, Examinateur
Françoise BUREL, Directrice de recherche, CNRS, Directrice de thèse
Stéphanie AVIRON, Chargée de recherche, INRA, Co-directrice de thèse
Aude ERNOULT, Maître de conférences, Université de Rennes 1, Co-directrice de thèse

Résumé :
L’hétérogénéité du paysage, définie par la composition en habitats et leur configuration spatiale, est considérée comme un facteur majeur affectant la biodiversité. Cependant, les effets de la composition et de la configuration sont souvent confondus du fait de corrélations entre les descripteurs de ces deux composantes. Il est crucial de déterminer leurs effets indépendants pour comprendre les processus qui contrôlent la biodiversité, et allouer les ressources dédiées à la conservation des espèces aux actions de gestion les plus pertinentes. L'objectif de cette thèse est, grâce à la mise en place de protocoles pseudo-expérimentaux dans l'ouest de la France, d’étudier les effets indépendant de la composition et de la configuration paysagère sur la richesse spécifique, la composition spécifique et la composition en traits fonctionnels des coléoptères carabiques et plantes vasculaires. Ces indices de diversité ont été mesurés au niveau du paysage (diversité gamma), et différentes représentations paysagères ont été testées pour comprendre le rôle de l’hétérogénéité de l’espace cultivé, au-delà de la seule prise en compte des habitats semi-naturels.

Les résultats indiquent que l’hétérogénéité paysagère joue un rôle de filtre écologique sur les espèces de carabes et de plantes en fonction de leurs traits fonctionnels. La composition paysagère affecte la composition spécifique de ces groupes, les divers habitats hébergeant des communautés différentes. La configuration affecte la diversité des carabes en lien avec des processus possibles de complémentation entre habitats, tandis qu'elle n'a pas d'effet sur la diversité des plantes, qui ne semble donc pas déterminée par les processus de dispersion. Enfin, nos résultats soulignent que l'hétérogénéité liée aux habitats agricoles contribue à la diversité gamma.


Contact : Rémi DUFLOT




0 Commentaires

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire
Si vous n'êtes pas encore inscrit, vous pouvez cliquer ici pour vous inscrire.