Thématiques      CV     Projets     Enseignement     Publications

Cendrine Mony
UMR CNRS 6553 ECOBIO
Equipe Paysages - Changements Climatiques - Biodiversité

Campus Beaulieu, bât 14b, p.125
CS 74205
35042 RENNES CEDEX
Tél: +33 (0)2.23.23.64.79
Mail: @

Mots-clés : écologie des communautés, écologie du paysage, traits de reproduction, clonalité, plasticité, interactions plantes-plantes, interactions plantes-champignons
Thématiques :

Mes recherches portent sur le rôle des traits de dispersion des espèces végétales sur la structuration des assemblages de plantes à différentes échelles : de la communauté au paysage. Les traits de dispersion sont liés à la fois à la reproduction sexuée mais également à la multiplication végétative et sont étudiés à l’échelle intra et interspécifique. Plus particulièrement, mes recherches sont structurées autour de plusieurs axes de recherche :

 

  • Les traits de reproduction comme traits de réponse aux filtres environnementaux locaux

Initialement mes travaux se sont intéressés plus particulièrement à mettre en évidence les réponses reproductives des plantes aux stress environnementaux. Les stress étudiés concernent notamment l’inondation, le pâturage ou la fauche (thèse de M.L. Benot, 2007-2009) et plus ponctuellement les pesticides (en collaboration avec C. Sulmon-Maisonneuve de l’équipe PHENOME).

Puis un pan important de mes travaux a visé à analyser le rôle des traits de multiplication clonale, notamment l’expansion latérale des espèces sur la dynamique compétitive des assemblages de plantes (thèse A.K. Bittebiere, 2009-2012). Par le biais d’approches spatialisées, inspirées des méthodes utilisées en écologie du paysage, nous cherchons à analyser le rôle de l’identité et de la composition du voisinage floristique sur les traits de réponse à la compétition et la part des traits de reproduction végétative dans cette réponse. L’influence du voisinage floristique sur les traits des espèces de plantes peut conditionner le fonctionnement ultérieur de l’écosystème. Nous avons analysé ce type de relation en prenant comme exemple la décomposition de la litière (thèse de L. Barbe, 2014-2017 en collaboration avec V. Jung et A. Prinzing de l’équipe ESDD).

Plus récemment, je me suis intéressée à l’influence de la croissance clonale dans la transmission et la structuration des assemblages de champignons mycorhiziens et réciproquement l’influence de l’identité des champignons mycorhiziens sur les traits de croissance de la plante hôte (thèse de N. Vannier, 2014-2017 en collaboration avec P. Vandenkoornhuyse de l’équipe DYNAMO).

 

  • L’influence des caractéristiques du paysage et de leur dynamique temporelle sur la structuration fonctionnelle des communautés végétales

Depuis 2011, je m’intéresse au rôle des traits de dispersion dans la réponse des organismes végétaux à la fragmentation des paysages, notamment à la diminution de la connectivité entre habitats (thèse de L. Favre-Bac, 2012-2015). Cela se traduit par l’analyse de la structuration fonctionnelle des communautés végétales en termes de traits de dispersion mais également à la réponse plastique des espèces aux modifications du paysage.

Plus récemment, la dynamique temporelle du paysage est également prise en compte dans la réponse des communautés tant potentielles via l’étude de la banque de graines, qu’exprimées au sein du couvert végétal.

 

  • La transposition de l’écologie du paysage pour l’étude à échelle fine des communautés de champignons mycorhiziens : la communauté végétale comme un micropaysage

Cet axe de recherche a émergé très récemment en collaboration avec P. Vandenkoornhuyse de l’équipe DYNAMO. Il vise à analyser dans quelle mesure la composition et la configuration des plantes au sein d’une communauté jouent sur la structuration des assemblages de champignons mycorhiziens. Il vise à développer et adapter les concepts en écologie du paysage traditionnellement utilisés en macroécologie pour l’étude à échelle fine de ces assemblages.

 

Mes travaux combinent des approches expérimentales, de terrain et de modélisation des processus d’interactions spécifiques. Mes recherches se déroulent pour partie sur la Zone Atelier Armorique que je co-anime depuis 2011.

Projets :

Projets sur les quatre dernières années :

2011-2013, Project FRB-région Nord-Pas-de-Calais CorEcol « Rôle des fossés dans les paysages agricoles du nord de la France : Habitat et/ou Corridors écologiques pour les espèces végétales : Application pour la gestion des trames bleues à l’échelle du territoire, coordinateurs A. Ernoult, C. Mony & F. Burel, Partenaires: Université de Lilles, Association Lestrem nature, Communauté de Communes Artois Comm, Communauté de Communes Flandre Lys).

2011-2014, Projet ANR ECS « Understanding of the evolution of cooperation behaviour of plants-symbionts in the aim of the ecological intensification of agriculture», coordinateur P. Vanderkoornhuyse, partenaires: INRIA Rennes, Univ. Nantes, Univ. Amsterdam, Max Plank Institute Köln, Univ. Minnesota, Univ. Arizona.

2012-2015, Projet DIVA Agriconnect « Continuités écologiques dans les paysages agricoles « , coordinateur : F. Burel, Partenaires : Université de Rennes2, INRA.

2013-2015, Projet FP7 European projet Diversify «Ecological diversity in software for stable collaborative adaptive systems”, coordinateur: B. Baudry, Partenaires: INRIA Rennes, SINTEF, Trinity College Dublin.

2015, Project CNRS PEPS Mycoland “ L’écologie du paysage appliquée aux communautés microbiennes: Influence du micropaysage floristique sur la structure des métacommunautés de Champignons Mycorhiziens à Arbuscules”, Coordinateurs : C. Mony & P. Vandenkoonhuyse, Partenaires: IRISA, Station Biologique de Roscoff.

2015, Project API UEBC Ludecol “Développement d’une plateforme de jeu video en vue de l’utilisation du “Volunteer Thinking” pour la collecte de données écologiques: Utilisation pilote en enseignement universitaire”, Coordinateur : C. Mony, Partenaire: IRISA.

2015-2016, Projet CNRS ECODYN « Ecologie expérimentale de la structuration des communautés végétales sous contrainte de stess chimique », Coordinateur : C. Sulmon-Maisonneuve, Partenaire : Univ. Lyon1, Univ. Metz.

2017-2018, Projet CNRS EC2CO MYCOLAND « The conundrum of assembly rules in plant MICRObiota addressed by the transposition of LANDscape ecology to microscale”, coordinateur : P. Vandenkoornhuyse, Partenaires : Univ. Nantes, Univ. Amsterdam.

2017-2019, Projet ANR Woodnet «Connectivity patterns and processes along a gradient of European landscapes with woody vegetation and spatial heterogeneity”, coordinateur : F. Burel, Partenaires: Univ. Madrid, Univ. de Louvain, Univ. de Picardie.

Enseignement :

Je réalise l’essentiel de mes enseignements en écologie des communautés, statistiques appliquées à l’écologie et diagnostic environnemental. J’interviens plus particulièrement en L3 Biologie des Organismes, M1 et M2 du Master Mention Biodiversité Ecologie et Evolution.

Depuis 2008, j’assure la coordination avec A. Daher du Master double compétence Environnement-Droit (https://osur.univ-rennes1.fr/ED/). Ce parcours a pour but de former des cadres ayant à la fois des connaissances techniques en environnement et la maitrise des outils juridiques. Les débouchés se trouvent à l’interface de ces deux disciplines et concernent une large palette de structures professionnelles (petite, moyenne et grande entreprises, collectivités territoriales, associations, …).

J’assure également depuis cette même date la coresponsabilité du parcours Environnement-Droit en Licence (5-10 étudiants concernés par an pour le L1, L2 et L3) qui vise à préparer les étudiants à l’entrée en master Environnement-Droit.

 

Depuis 2016, j’assure la co-responsabilité avec P. Vandenkoornhuyse du Master Biodiversité, Ecologie, Evolution (Master comprenant 6 spécialités pour un effectif total de 180 étudiants en M1 et 140 en M2, https://osur.univ-rennes1.fr/page/master-bee-mention-biodiversite-ecologie-environnement).

Publications (5 dernières années) :