Facteurs multi-échelles structurant les diversités en taxons, traits et unités évolutives des araignées en milieux tropicaux

Soutenance de thèse de Kaïna Privet (Université de Rennes 1, ECOBIO, OSUR)

Facteurs multi-échelles structurant les diversités en taxons, traits et unités évolutives des araignées en milieux tropicaux
Pixabay
Vendredi 3 décembre 2021, 14h00
Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes (OSUR) - Campus de Beaulieu, Bâtiment 14B, Salle de conférence

Jury : Miquel ARNEDO - Professor, University of Barcelone (reviewer) Sandrine PAVOINE – Professor, Sorbonne University (reviewer) Malika AÏNOUCHE – Professor, University of Rennes 1 (examiner) Dimitar DIMITROV – Associate professeur, University of Bergen (examiner) Thibaud DECAËNS – Professeur, University of Montpellier (examiner) Frederik HENDRICKX – Scenior Scientist, Royal Belgian Institute of Natural Science (examiner) Résumé : Décrire les patterns de diversité biologique et comprendre leurs origines est l'un des principaux défis de l'écologie moderne. En particulier, les milieux tropicaux sont les écosystèmes terrestres les plus riches en espèces et parmi les moins bien connus. Les araignées constituent un groupe modèle pertinent en écologie, car elles sont abondantes et diverses, avec une grande importance écologique, et dont l'étude devrait permettre de mieux comprendre les processus responsables des patterns de diversité. Nous avons étudié les patterns de diversité et les processus responsables des assemblages d'araignées dans les forêts Néotropicales et dans l'archipel d'Hawaï en utilisant un ensemble d'approches complémentaires (basées sur les taxons, les traits, les unités évolutives). En raison du manque de connaissances sur l'échantillonnage et la diversité des araignées tropicales, nous avons testé et comparé différentes méthodes d'échantillonnage et protocoles standardisés en nous concentrant sur différentes strates de végétation. Nous avons développé une base de données morpho-espèces pour pallier le manque de connaissances taxonomiques. Nous avons étudié un ensemble de traits (taille du corps, longueur des pattes et guildes de chasse) afin de tester leur caractère informatif pour les assemblages tropicaux. Enfin, nous avons déterminé des unités évolutives pour étudier la diversité en appliquant une approche multilocus (mitochondriale et nucléaire) sur une grande collection d'araignées tropicales, pour lesquelles les connaissances taxonomiques sont incomplètes et problématiques. Nous avons montré que les paterns de diversité des taxons, des traits et des unités évolutives des araignées tropicales sont influencés par l'habitat, et que par conséquent le filtrage de l'habitat est crucial pour déterminer les assemblages de ces araignées. En outre, nous avons montré la nature dépendante du contexte et de l'échelle des patterns de diversité des araignées tropicales avec des variations des assemblages d'araignées tropicales à une échelle plus fine que celle des habitats. Dans l'ensemble, cela plaide pour davantage d'études de cas étudiant les patterns de diversité tropicaux à l'échelle des strates, des sous-structures de végétation et des conditions de micro-habitats, pour lesquels nous suggérons des axes de recherche. Title: Multiscale factors structuring diversity in taxa, traits and evolutionary units of spiders in tropical environments Abstract: Describing patterns of biological diversity and understanding their origins is one of the major challenges of modern ecology. Tropical environments in particular are the most species-rich terrestrial ecosystems and among the least well-known. Spiders are a relevant model group in ecology, because they are abundant and diverse with high ecological importance, whose study should allow a better understanding of the processes responsible for diversity patterns. We investigated the patterns of diversity and the processes responsible for spider assemblages in Neotropical forests and the Hawaiian archipelago using a set of complementary approaches (based on taxa, traits, evolutionary units). Due to the lack of knowledge on sampling and diversity of tropical spiders, we tested and compared different sampling methods and standardized protocols by focusing on different vegetation strata. We developed a morpho-species database to overcome the lack of taxonomic knowledge. We studied a set of traits (body size, leg length and hunting guilds) to test their informative character in tropical assemblages. Finally, we determined evolutionary units to study diversity by applying a multilocus (mitochondrial and nuclear) approach on a large collection of tropical spiders, for which taxonomic knowledge is incomplete and problematic. We have shown that the taxon-, traits- and evolutionary units diversity patterns of tropical spiders are influenced by the habitat, and that consequently habitat filtering is crucial in determining the assemblages of these spiders. In addition, we have shown the context-dependent and scale-dependent nature of diversity patterns in tropical spiders with variations of tropical spider assemblages at a finer scale than that of habitats. Overall, this plaid for more case studies studying tropical diversity patterns at the scale of strata, vegetation sub-structures, and micro-habitat conditions, for which we are suggesting research axe.